Plongée dans les coulisses d’un ciné-concert de l’Orchestre national de Lille

Ratatouille2Les ciné-concerts de l’Orchestre national de Lille sont de petites pépites, des expériences originales à partager avec ses proches. Le concept : la projection d’un film dont la bande son est entièrement jouée en live par des dizaines de musiciens. Et tous les ans, c’est le même succès : dès l’ouverture de la billetterie, les places partent rapidement. Nous avons pu pénétrer dans les coulisses du ciné-concert Ratatouille et rencontrer les acteurs de ce formidable spectacle. Plongée dans un monde de passionnés de la musique. 

Le chef d’orchestre, Ludwig Wicki, est un pionnier des ciné-concerts. En 2008, c’est lui qui lance une des premières grandes tournées de ce genre avec l’adaptation du Seigneur des anneaux. Le travail de Ludwig est méticuleux : les musiques doivent être parfaitement calées sur les images. Pour Ratatouille, il doit diriger plusieurs familles d’instruments, un groupe de spécialistes du jazz et une chanteuse qui interprète la musique phare du film. « Les différents changements de tempo changent très vite dans un ciné-concert, les musiciens doivent être particulièrement attentifs à ma direction » nous explique Ludwig. Ce qu’il préfère dans la direction des ciné-concerts ? « Les films d’animation pour voir briller les yeux des enfants ».

Ratatouille3
La sélection de musiciens de l’Orchestre national de Lille est très pointue. Ken Sugita y est rentré en 1983 en tant que remplaçant. Il est aujourd’hui violoniste de rang. L’orchestre est un univers hiérarchisé. Au sommet se trouve le premier violon solo, l’interlocuteur privilégié du chef. Viennent ensuite les supersolistes, les seconds solistes, les troisièmes solistes et les tuttistes, c’est-à-dire les musiciens du rang qui se fondent dans le tutti (lorsque tous les instruments jouent ensemble). Pour Ken, les ciné-concerts sont exigeants : la coordination avec les images qui défilent, la musique, les temps de silences entre deux réclame une dose supplémentaire de concentration.  Pour lui aussi, les réactions spontanées et toujours joyeuses des collègues ou du public sont ce qu’il préfère.

Ratatouille1
Les équipes techniques ont un rôle primordial pour assurer le spectacle. Si le chef d’orchestre n’a pas le bon retour du son ou que les images du film accusent quelques secondes de retard, tout sera fichu. François, ingénieur son, doit ainsi assurer un numéro d’équilibriste pendant les deux heures de spectacle. Il garantit que le son soit projeté directement en salle via des sonos soigneusement réparties. Il nous explique : « La difficulté est qu’au cinéma, le son est diffusé derrière l’écran. Pendant un ciné-concert, cela déstabiliserait tous les musiciens sur la scène. ».

Le confort des musiciens est aussi l’une des préoccupations de François, un autre membre de l’équipe technique, aux manettes des lumières cette fois-ci. « Les musiciens ne doivent pas être perturbés par des lumières trop intenses sur scène. Ils doivent se concentrer sur leurs partitions et le chef d’orchestre » développe t’il. Pascal, son collègue, est chargé de lancer les films : celui que verra le public et l’autre réservé au chef, avec toutes les annotations qui permettront d’assurer la synchronisation. Une responsabilité parfois stressante : « sur ce type de spectacle, nous devons connaitre parfaitement notre matériel. En cas de problème technique, tout repose sur nos épaules. ». Pour lui, le spectacle live est une passion qui exige beaucoup de travail.

Ratatouille4
Les ciné-concerts de l’ONL sont prisés et il est difficile de dénicher une place. Bonne nouvelle : la billetterie ouvre aujourd’hui pour l’achat d’un pass annuel et samedi pour les places à l’unité. Ne perdez pas de temps si vous souhaitez vivre cette expérience exceptionnelle !

Infos pratiques
Orchestre national de Lille
Site

Laisser un commentaire